Focus du 3 Décembre 2014

Le traitement de l’hypoadrénocorticisme primaire

sous la responsabilité du Dre Lyanne Fifle

https://www.centredmv.com/wp-content/uploads/2014/12/focus_3_decembre_2014.pdf

Les déficiences en hormones corticales

Chez le chien, ses déficiences font habituellement suite à une destruction à médiation immunitaire des glandes surrénales. Ces manques hormonaux, n’exerçant plus de rétrocontrôle négatif sur les hormones régulatrices de la production hormonale
surrénalienne, favorisent une élévation de ces dernières. Tout comme le manque en glucocorticoïdes entraîne une élévation de l’ACTH endogène, le manque en minéralocorticoïdes est associé à une hausse de l’activité de la rénine. Le traitement de l’hypoadrénocorticisme
primaire (HP) consiste d’abord à remplacer les hormones déficientes, dans le but ultime de rétablir les déséquilibres des hormones régulatrices.

Pour obtenir la version imprimable de ce Focus Cliquez ici ou sur l’image :

Dans une situation physiologique



Un bon nombre de patients recevant de la fludrocortisone ne nécessitent pas l’ajout de glucocorticoïdes de façon régulière.
Toutefois, lorsque les déséquilibres électrolytiques se montrent réfractaires et que la dose de fludrocortisone doit être augmentée de façon
répétitive, des effets secondaires associés à un excès de corticoïdes peuvent être observés. La désoxycorticosterone pivalate (DOCP) est un minéralocorticoïde à longue action administré de façon parentérale. Cette hormone ayant uniquement des effets minéralocorticoïdes, lorsqu’utilisée pour le traitement d’HP, doit être combinée à une administration quotidienne de corticoïdes à dose physiologique.

Cette même étude :

A aussi évalué l’efficacité de la fludrocortisone et de la DOCP pour le traitement de l’HP chez le chien. La diminution de l’activité de la rénine était observée de façon plus prévisible chez les patients traités à l’aide d’injections sous-cutanées de DOCP comparativement à ceux recevant de la fludrocotisone. La restauration des déséquilibres électrolytiques suivait aussi la même tendance. Dû à un niveau de contrôle jugé inapproprié, certains chiens recevant de la fludrocortisone ont été transférés vers un traitement à base de DOCP.

Cet article est disponible en version complète et imprimable en PDF. Cliquez ici pour l’afficher.

Dre Lyanne Fifle
[email protected]
514 633-8888 poste 222

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *