Focus du 25 février 2015

Deux cas de mastocytome chez des chiens
traités en acupuncture et avec suppléments naturels

sous la responsabilité de Dre Hélaine Haltrecht

https://www.centredmv.com/wp-content/uploads/2015/02/focus_25-fevrier-2015.pdf

Premier cas

Tobby un Labrador mâle, castré, est diagnostiqué à l’âge de 4 ans avec un mastocytome grade lV, sur la patte arrière et sur la cuisse médiale. La masse est enlevée chirurgicalement et le nodule lymphatique inguinale est excisé. Un traitement avec chimiothérapie est recommandé, mais décliné par la propriétaire.
Un pronostic sombre est donné par l’oncologue, soit 2 à 6 mois de survie. Suite à ce pronostic, la propriétaire recherche un traitement alternatif.
Nous entamons donc des traitements en acupuncture une fois par semaine pendant quatre semaines et ensuite, aux deux semaines. Le but de l’acupuncture dans ce cas est la stimulation de système immunitaire, pour aider à combattre le cancer, le contrôle de la douleur relié aux tumeurs, et une stimulation de l’appétit étant donné les effets antinauséeux de l’acupuncture.

Pour obtenir la version imprimable de ce Focus Cliquez ici ou sur l’image.


Deuxième cas


Une propriétaire, originaire du Vénézuéla présente sa chienne Aisha, une Labrador mélangé, opérée, de 8 ans qui a des antécédents de mastocytome sur la patte, qui fût enlevé deux ans auparavant. Lorsqu’elle s’est présenté avec Aisha, celle-ci avait trois nouvelles masses sur la peau soient sur la tête, sur une patte et le flanc. La chienne est référée en oncologie et un diagnostic de mastocytome cutané multiple, grade lll avec métastases (le nodule poplité est impliqué), est posé.
Le pronostic est réservé à sombre. La chirurgie et la chimiothérapie sont refusées par la propriétaire. Elle décide plutôt de se tourner vers un traitement alternatif.
Une approche similaire au cas de Tobby est donc proposée. Pour Aisha, les herbes chinoises et la nutrition sont individualisées. L’oncologue lui prescrit des médicaments (prednisone et benadryl). Après 3 mois, le benadryl est interrompu. Par contre, le prednisone sera maintenu à très petite dose pendant plusieurs années, et par la suite arrêté.

Ouvrez le Focus pour lire en intégralité les résultats des deux cas.

Cet article est disponible en version complète et imprimable en PDF. Cliquez ici pour l’afficher.

Dre Hélaine Haltrecht
[email protected]
514 633-8888

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *