3 Hôpitaux : Montréal Rive-Nord Rive-Sud
DMV-Nord à Blainville
1 800 463-8555
20, Boulevard des Châteaux, Blainville (QC), J7B 1Z8
Visite virtuelle et information »
DMV-Sud à Saint-Hubert
1 800 463-8555
1655, Boulevard des Promenades, St-Hubert (Qc) J3Y 5K2
Visite virtuelle et information »
DMV Montréal
1 800 463-8555
2300, 54e Avenue, Montréal (Lachine) H8T 3R2
Visite virtuelle »
Infolettre
Inscrivez-vous via le formulaire suivant
Souscrire »

Focus 9 décembre 2015

THÉRIOGÉNOLOGIE: les vaginites chez la chienne

Par Dre Angélika Stock, DMV, PhD, DES, Dipl. ACT


Les vaginites chez la chienne sont une source fréquente de discussion entre le médecin vétérinaire et le propriétaire. Un écoulement vaginal persistant, un léchage vulvaire et de la pollakiurie sont des signes courants qui peuvent frustrer le propriétaire de l’animal autant que le médecin vétérinaire, en particulier quand plusieurs traitements topiques ou parentéraux ont été tentés sans succès. Johnson (1991) résume les causes possibles de vaginite comme l’immaturité, l’irritation chimique par l’urine, les infections, les irritations mécaniques occasionnées par des polypes et des tumeurs, ou des anomalies anatomiques. Une vaginite ne devrait pas être diagnostiquée sans l’évaluation d’un frottis vaginal, qui permettra d’identifier le stade du cycle chez femelle intacte ou de détecter la présence de cellules inflammatoires et de bactéries. L’évaluation adéquate d’un frottis vaginal, toutefois, doit tenir compte de la présence normale de cellules inflammatoires, avec une prédominance de neutrophiles à plusieurs stades du cycle oestral.


Pour obtenir la version imprimable de ce Focus , cliquez ici.


Dre Angélika Stock
therio.montreal@gmail.com
Cell: 514 371-1762



Retour aux actualités DMV || Retour aux actualités Vétérinaires