3 Hôpitaux : Montréal Rive-Nord Rive-Sud
DMV-Nord à Blainville
1 800 463-8555
20, Boulevard des Châteaux, Blainville (QC), J7B 1Z8
Visite virtuelle et information »
DMV-Sud à Saint-Hubert
1 800 463-8555
1655, Boulevard des Promenades, St-Hubert (Qc) J3Y 5K2
Visite virtuelle et information »
DMV Montréal
1 800 463-8555
2300, 54e Avenue, Montréal (Lachine) H8T 3R2
Visite virtuelle »
Infolettre
Inscrivez-vous via le formulaire suivant
Souscrire »

Bien utiliser les antibiotiques, c’est important!

L’augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est une préoccupation mondiale en matière de santé animale et de santé publique. Pour la freiner, il est important d’utiliser les antibiotiques de façon judicieuse. C’est le message de la campagne « Les antibiotiques : en faire bon usage, c’est sage! », lancée en octobre dernier par la Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux.
Cette stratégie est le fruit de la collaboration de neuf organisations partenaires de la Stratégie, réunies depuis 2011 :
  • Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux;
  • Association des médecins vétérinaires équins du Québec;
  • Association des médecins vétérinaires en industrie animale du Québec;
  • Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière;
  • Association des médecins vétérinaires praticiens du Québec;
  • Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal;
  • Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation;
  • Ordre des médecins vétérinaires du Québec;
  • Union des producteurs agricoles.

Cette collaboration a conçu des outils de sensibilisation destinés aux propriétaires d’animaux de compagnie, de loisir et d’élevage pour les inciter à utiliser les antibiotiques de manière appropriée.

Des bactéries de plus en plus résistantes aux antibiotiques


L’antibiorésistance apparaît lorsqu’un antibiotique ne parvient plus à détruire certaines bactéries ou à freiner leur croissance. L’augmentation de la résistance des bactéries peut rendre plus difficile le traitement d’une infection, que ce soit chez les humains ou chez les animaux. Cela peut vouloir dire :
  • une prolongation de la durée de la maladie;
  • un plus grand risque que la bactérie se propage;
  • une augmentation possible de la douleur (souffrance);
  • des soins plus coûteux;
  • un risque de mortalité plus élevé;
  • des pertes financières pour les éleveurs d’animaux de production.


Un emploi responsable des antibiotiques dans tous les domaines ayant trait à la santé contribue à conserver l’efficacité des antibiotiques qui sont souvent essentiels au traitement des maladies tant chez les humains que chez les animaux. Cela concourt non seulement à la protection de la santé humaine et de la santé des animaux, mais aussi à la santé économique des entreprises agricoles qui se consacrent à la production animale.
Certaines mesures permettent aux propriétaires d’animaux de compagnie, de loisir et d’élevage de réduire le besoin de recourir aux antibiotiques pour leurs animaux :
  • Adopter des pratiques appropriées d’hygiène et de biosécurité afin de diminuer les risques de maladie chez leurs animaux;
  • Faire appel au médecin vétérinaire de façon régulière;
  • Augmenter la résistance à l’égard de certaines maladies, par exemple au moyen de la vaccination;
  • Utiliser des antibiotiques seulement sur ordonnance d’un médecin vétérinaire, comme le prescrit la loi en vigueur au Québec;
  • Suivre les directives précisées sur l’ordonnance, comme la durée et le dosage du traitement ou, pour les éleveurs, la période de retrait, soit le temps à respecter entre la dernière administration du médicament et l’abattage de l’animal ou la récolte de l’aliment de consommation (tels le lait, les oeufs ou le miel).


Il demeure aussi essentiel que les propriétaires d’animaux fassent appel aux professionnels de la santé animale. Par exemple, le médecin vétérinaire est à même d’appliquer les meilleures méthodes en matière de diagnostic et de proposer les traitements les plus efficaces pour soigner des maladies. S’il peut prescrire des antibiotiques, le médecin vétérinaire peut aussi bénéficier d’outils diagnostiques, tels que les services des laboratoires en santé animale, pour l’aider à choisir l’antibiotique qui convient le mieux pour traiter un animal malade.

Pour en savoir plus, visitez le site Internet www.mapaq.gouv.qc.ca/antibiotiques.

Pour obtenir plus de renseignements sur la Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux, consultez le site Internet www.mapaq.gouv.qc.ca/unesantebienpensee

Pour visionner la vidéo de la campagne, cliquez ici.



Retour aux actualités DMV || Retour aux actualités Vétérinaires