3 Hôpitaux : Montréal Rive-Nord Rive-Sud
DMV-Nord à Blainville
1 800 463-8555
20, Boulevard des Châteaux, Blainville (QC), J7B 1Z8
Visite virtuelle et information »
DMV-Sud à Saint-Hubert
1 800 463-8555
1655, Boulevard des Promenades, St-Hubert (Qc) J3Y 5K2
Visite virtuelle et information »
DMV Montréal
1 800 463-8555
2300, 54e Avenue, Montréal (Lachine) H8T 3R2
Visite virtuelle »
Infolettre
Inscrivez-vous via le formulaire suivant
Souscrire »

Focus du 8 avril 2015

Les dépigmentations nasales chez le chien

sous la responsabilité de Dre Nadia Pagé

http://centredmv.com/wp-content/uploads/2015/04/focus_8-avril-2015.pdf
La truffe n’est pas recouverte de poils et est ainsi exposée aux traumas physiques et aux effets néfastes du soleil. Tout changement dans son apparence peut être source d’inquiétude pour les propriétaires, une truffe normale étant un signe de bonne santé pour plusieurs personnes. Différentes maladies peuvent occasionner une perte de pigment et quelques indices peuvent permettre de prioriser la liste de diagnostics différentiels, notamment l’apparence et la texture de la peau affectée, l’âge d’apparition, la race, la présence de lésions cutanées en dehors de la truffe ou l’atteinte d’autres organes. Les biopsies cutanées sont souvent requises pour le diagnostic des maladies nasales, plus spécialement les maladies auto-immunes ou tumorales. Un poinçon de 3 ou 4 mm est utilisé pour prélever les échantillons. Certaines dépigmentations n’affecteront pas la texture normale de la truffe, parsemée de petits sillons appelés dermatoglyphes; d’autres maladies inflammatoires, infectieuses ou tumorales vont être associées à une infiltration de l’épiderme, des ulcérations, des croûtes, etc.


Pour obtenir la version imprimable de ce Focus Cliquez ici ou sur l’image.


Différentes maladies causant un changement de la texture de la truffe


Vitiligo

Cette hypomélanose acquise peu commune est reliée à une destruction locale des mélanocytes. Les lésions apparaissent généralement chez les jeunes adultes. Une forme possiblement héréditaire est rapportée chez le berger belge (Tervuren), le rottweiler et le Bobtail. Plusieurs autres races seraient prédisposées, incluant le berger allemand, le doberman, le colley, le bullmastiff, le Terre-Neuve et le schnauzer géant. Les chiens développent des zones dépigmentées qui apparaissent souvent au niveau du nez, des lèvres, de la muqueuse orale et de la peau faciale (Figure 1). Les lésions peuvent aussi affecter les coussinets plantaires, les griffes et le pelage.

Hypopigmentation nasale et muco-cutanée

Le « snow nose » ou « winter nose » (nez de neige) est une diminution de pigmentation nasale (pas une perte complète de pigment) qui survient durant l’hiver. Certains chiens n’ont pas de variation saisonnière. Les races plus à risque sont le husky sibérien, le golden et le Labrador retriever ainsi que le bouvier bernois. L’hypopigmentation du nez et des lèvres a aussi été rapportée comme étant une maladie congénitale du doberman, du rottweiler et d’autres races. Elle est présente à la naissance et reste stable par la suite, à la différence du vitiligo, qui survient chez le chien adulte et est souvent progressif.

Néoplasmes

Le mycosis fongoïde est un terme utilisé pour désigner une forme de lymphome cutané épithéliotrope à cellules T. C’est une tumeur peu fréquente chez le chien. Elle affecte habituellement des individus plus âgés (9-12 ans). La présentation clinique est variable : érythème et squames, plaques ou nodules cutanés, infiltration et ulcères de la muqueuse buccale, lésions muco-cutanées, etc. Le prurit est plus ou moins présent selon les cas. Ce type de lymphome est un diagnostic différentiel important de dépigmentation et d’ulcération de la truffe

Maladies infectieuses

Certaines maladies infectieuses font partie des diagnostics différentiels de dépigmentation nasale. La pyodermite des jonctions mucocutanées qui se développe habituellement au niveau labial, mais qui peut aussi affecter uniquement la truffe. Dans ces cas, une seule narine (parfois les deux) peut se dépigmenter et devenir érythémateuse et croûtée; les lésions vont parfois évoluer et devenir érodées et passer à tort pour une maladie auto-immune. Les autres jonctions mucocutanées, comme les paupières, le prépuce, la vulve ou la région périanale sont aussi des sites potentiels de cette infection.

Cet article est disponible en version complète et imprimable en PDF. Cliquez ici pour l’afficher.


Dre Nadia Pagé
npage@centredmv.com
514 633-8888



Retour aux actualités DMV || Retour aux actualités Vétérinaires