3 Hôpitaux : Montréal Rive-Nord Rive-Sud
DMV-Nord à Blainville
1 800 463-8555
20, Boulevard des Châteaux, Blainville (QC), J7B 1Z8
Visite virtuelle et information »
DMV-Sud à Saint-Hubert
1 800 463-8555
1655, Boulevard des Promenades, St-Hubert (Qc) J3Y 5K2
Visite virtuelle et information »
DMV Montréal
1 800 463-8555
2300, 54e Avenue, Montréal (Lachine) H8T 3R2
Visite virtuelle »
Infolettre
Inscrivez-vous via le formulaire suivant
Souscrire »

Focus du 28 octobre 2015

Le carlin (pug) et ses multiples problèmes neurologiques
au niveau spinal (partie 1)

sous la responsabilité de Dre Dominique Paquette


http://centredmv.com/wp-content/uploads/2015/10/Le-carlin-et-ses-multiples-problèmes-neurologiques-au-niveau-spinal.pdf

Hernie discale

La cause la plus commune de myélopathie chez le pug est sans doute la hernie discale. Les pugs peuvent présenter autant des hernies de type 1 (aigue, avec une extrusion du noyau pulpeux) ou de type 2 (plus chronique, avec une protrusion de l’anneau fibreux). Les pugs peuvent parfois avoir plus qu’une hernie à la fois (plusieurs sites). Les signes neurologiques sont ceux d’une myélopathie classique (ataxie proprioceptive, parésie et DOULEUR). Dépendamment du statut neurologique lors de la présentation, le pronostic est généralement bon avec un traitement médical ou chirurgical selon le cas.


Pour obtenir la version imprimable de ce Focus Cliquez ici ou sur l’image.



Myélopathie dégénérative

Le pug est aussi une race reconnue pouvant être affecté par la myélopathie dégénérative tout comme le berger allemand, le boxer, le corgi et plusieurs autres races. Habituellement, la myélopathie dégénérative cause des signes de myélopathie thoraco-lombaire lentement progressive et non douloureuse, ce qui la distingue des autres causes de myélopathie. La myélopathie n’affecte que très rarement et tardivement les membres thoraciques. Il s’agit d’un diagnostic d’exclusion. Un test génétique est disponible afin de savoir si l’animal est porteur ou non du gène muté. Malheureusement, aucun traitement n’est possible et le pronostic à long terme est donc sombre. Voilà pourquoi dans certains cas, il est très important d’éliminer cette condition avant d’entreprendre un traitement chirurgical pour une autre condition.


Lors de troubles locomoteurs chez un pug, plusieurs possibilités sont à considérer dans le diagnostic différentiel. Toutes ces conditions ne sont pas uniques au pug et peuvent aussi se retrouver chez d’autres races. L’idéal est d’établir un diagnostic définitif le plus rapidement possible à l’aide d’un CT-scan ou d’une IRM de la colonne. Par la suite, le traitement approprié pourra être discuté et mis en place.


Cet article est disponible en version complète et imprimable en PDF. Cliquez ici pour l’afficher.


N’hésitez pas à me contacter pour discuter de vos cas neurologiques!


Dre Dominique Paquette
dpaquette@centredmv.com
514 633-8888



Retour aux actualités DMV || Retour aux actualités Vétérinaires