3 Hôpitaux : Montréal Rive-Nord Rive-Sud
DMV-Nord à Blainville
1 800 463-8555
20, Boulevard des Châteaux, Blainville (QC), J7B 1Z8
Visite virtuelle et information »
DMV-Sud à Saint-Hubert
1 800 463-8555
1655, Boulevard des Promenades, St-Hubert (Qc) J3Y 5K2
Visite virtuelle et information »
DMV Montréal
1 800 463-8555
2300, 54e Avenue, Montréal (Lachine) H8T 3R2
Visite virtuelle »
Infolettre
Inscrivez-vous via le formulaire suivant
Souscrire »

Focus du 21 octobre 2015

Quoi de neuf (ou moins neuf) dans la gestion des plaies cutanées ?

sous la responsabilité de Dr Jérôme Benamou


http://centredmv.com/wp-content/uploads/2015/10/focus_21102015.pdf

Quelques classifications


Si la définition d’une plaie est évidente pour tout praticien, il peut parfois être difficile de faire le tri dans toutes les classifications proposées dans la littérature, d’autant plus que les phases de la guérison sont complexes, et les présentations cliniques toutes différentes. Cependant, pouvoir classer la plaie dans une catégorie va souvent aider à orienter le traitement.
Le degré de contaminationLe degré de contamination Il est excessivement important de pouvoir déterminer le degré de contamination, car cela va guider le plan de traitement, de même que le pronostic associé. En effet, le but de tout traitement de plaie, c’est d’amener une plaie sale ou contaminée à un stade propre ou proprecontaminé, afin d’en permettre une fermeture.


Pour obtenir la version imprimable de ce Focus Cliquez ici ou sur l’image.


Comprendre la guérison


Il y a 3 ou 4 grandes phases de la guérison, selon les auteurs. Cette classification peut aider à mieux comprendre le phénomène, mais il faut bien comprendre que ce n’est pas quelque chose de « coulé dans le béton ». Toutes ces phases s’entremêlent dans le temps, et aussi dans l’espace sur une même plaie. Elles sont extrêmement complexes, et ne sont ici que résumées.

* Phase inflammatoire : elle est immédiate et dure environ 5 jours. Elle se caractérise par une hémorragie, vasoconstriction et coagulation, allant jusqu’à la formation d’un caillot stable. Elle est sous le contrôle des neutrophiles produisant des cytokines et facteurs de croissance.

* Phase de débridement : elle entre en jeu rapidement (6 h) et dure de 3 à 5 jours. Elle consiste en l’appel massif de monocytes qui deviennent des macrophages une fois au site de la plaie. Une phagocytose s’y opère ainsi qu’une production accrue de cytokines, déterminantes pour la suite de la guérison. Selon certains auteurs, elle fait partie intégrante de la phase inflammatoire.

* Phase de réparation ou proliférative : du jour 3 à 21, l’angiogenèse, la synthèse de collagène et l’épithélialisation s’opèrent, et mènent à la formation du tissu de granulation. Ce dernier est excessivement important, car il rend la plaie relativement résistante à l’infection. A ce stade, la plaie reste fragile et sensible à différents facteurs comme l’hypoxie, le dessèchement ou les traumas. Les cellules épithéliales vont proliférer des bords de la plaie et migrer vers le centre, sous l’action de divers facteurs de croissance (EGF, TGF-α).

* Phase de maturation ou de remodelage : elle débute une fois la ré-épithélialisation terminée, et consiste en un réarrangement des fibres de collagène qui va aider la peau à reprendre sa force initiale (ou presque). Ce processus est très long (des mois).


Cet article est disponible en version complète et imprimable en PDF. Cliquez ici pour l’afficher.

Dr Jérôme Benamou
jbenamou@centredmv.com
514 633-8888



Retour aux actualités DMV || Retour aux actualités Vétérinaires