3 Hôpitaux : Montréal Rive-Nord Rive-Sud
DMV-Nord à Blainville
1 800 463-8555
20, Boulevard des Châteaux, Blainville (QC), J7B 1Z8
Visite virtuelle et information »
DMV-Sud à Saint-Hubert
1 800 463-8555
1655, Boulevard des Promenades, St-Hubert (Qc) J3Y 5K2
Visite virtuelle et information »
DMV Montréal
1 800 463-8555
2300, 54e Avenue, Montréal (Lachine) H8T 3R2
Visite virtuelle »
Infolettre
Inscrivez-vous via le formulaire suivant
Souscrire »

Focus du 16 septembre 2015

Collapsus de trachée : rôle des stents trachéaux

sous la responsabilité de Dr Eric de Madron

http://centredmv.com/wp-content/uploads/2015/09/focus_16-septembre_de-madron.pdf
Le collapsus de trachée (CT) est une affection fréquente de la trachée chez le chien. C’est une maladie dégénérative progressive des anneaux cartilagineux dans laquelle une hypocellularité et une diminution du glycosaminoglycan et du contenu calcique conduisent à un collapsus dynamique de la trachée pendant la respiration. C’est une condition affectant principalement les chiens de petite race et d’âge moyen.
Le diagnostic est basé sur la mise en évidence d’une diminution anormale du diamètre de la trachée en inspiration (CT cervical) ou en expiration (CT thoracique + bronchique) ou durant une toux.

Symptômes % Cas (n=80)
Toux 72 % (n=26)
Cornage 67 % (n=24)
Efforts d’expe ctoration 50 % (n=18)
Dyspnée 67% (n=24)
Cyanose 22 % (n=8)
Strideur inspiratoire/
bruit rauque expiratoire 44 % (n=16)
Respiration sifflante 52 % (n=19)
Intolérance à l’effort 42 % (n=15)


Pour obtenir la version imprimable de ce Focus Cliquez ici ou sur l’image.


Les procédures diagnostiques sont :


• Fluoroscopie : permet d’évaluer le comportement de la trachée lors de toux induite.
• Trachéo-bronchoscopie : permet de visualiser le collapsus au repos, d’évaluer l’état des bronches et d’obtenir un labage broncho-alvéolaire pour rechercher des facteurs aggravants (infection, inflammation).
• Radiographies standards (attention au long muscle du cou qui se superpose avec la trachée au niveau de l’entrée du thorax pouvant conduire à un diagnostic erroné de CT). Des radiographies inspiratoires et expiratoires sont nécessaires.
• Radiographies sous pression positive et négative (+ et – 30 cm H2O). Cette technique imite une inspiration ou une expiration forcée et met bien en évidence le CT, permet d’évaluer son grade de sévérité, et permet une bonne mesure du diamètre maximal de la trachée, primordial si l’on considère poser un stent. Ces radiographies spéciales nécessitent anesthésie et intubation.


Quels sont les traitements ?


Médical
Le traitement médical est symptomatique. Il inclut des antitussifs (butorphenol, hydrocodone), des bronchodilatateurs (theophyline, terbutaline), des glucocorticoïdes, des antibiotiques, des anticholinergiques (Lomotil), et un contrôle du poids. Un contrôle acceptable des symptômes peut être atteint dans 70 % des cas peu sévères (grade 2 ou moins).

Chirurgical
Des approches chirurgicales ont été proposées pour les CT sévères (grade 4), ou pour les cas réfractaires. Ces procédures sont centrées principalement sur la portion cervicale de la trachée. On peut citer : pli de la membrane dorsale, anneaux extraluminaux (prothèse annulaire totale (TRP) ou spirale en propylène (PSP)), et stents extraluminaux. Les complications associées à ces approches chirurgicales incluent une diminution excessive du diamètre trachéal (surtout avec la technique de pli de la membrane dorsale), interruption de l’apport vasculaire et lésion du nerf laryngé récurrent. Dans une étude rétrospective de 90 cas, le taux de complications atteignait 37 % des cas: toux (66 %), dyspnée (42 %), et paralysie laryngée (30 %). 17 chiens (18 %) ont eu besoin d’une trachéostomie permanente, 10 dans les 24 h suivant la chirurgie. Le taux d’amélioration était significatif (amélioration dans 65 % des cas), et retour à la normale dans 22 %). D’autres auteurs rapportent un taux de succès variant entre 20 et 80 %. La limite majeure des approches chirurgicales est l’impossibilité de corriger la portion intrathoracique du CT. Ces approches ont maintenant été largement remplacées par les stents intratrachéaux.

Stents intratrachéaux
Plusieurs types de stents ont été essayés. Récemment, un stent intratrachéal conçu spécifiquement pour les chiens est devenu disponible : le Vet Stent-Trachea© d’Infiniti Medical LLC. Ce stent vient en plusieurs tailles. Les nouveaux stents sont même asymétriques avec une extrémité de diamètre plus large que l’autre afin de mieux s’adapter à la forme souvent conique de la trachée (Vet Stents Duality). Ces stents se déploient automatiquement, peuvent être réinsérés dans leur gaine, sont flexibles et traumatiques. Le matériau utilisé est un alliage de nickel –titanium (Nitinol ou NiTi), qui a une mémoire thermique de sa forme initiale. Ce type de stent s’élargit lorsqu’il est exposé à la chaleur de la lumière endotrachéale (effet Marmen). Cet alliage Nitinol a une bonne compatibilité avec la muqueuse trachéale. Ces stents sont placés sous fluoroscopie, en passant par le larynx. J’ai personnellement placé plus d’une centaine de Vet Stents sur des chiens. Voici les leçons que j’ai apprises de mon expérience.


En conclusion


Tous les symptômes de dyspnée (strideur, respiration sifflante, cornage, cyanose, intolérance à l’effort, et crises de suffocation) ont disparu après la pose du stent. L’impact sur la toux présente avant la pose du stent a été variable: 75% des chiens toussaient toujours 2-3 semaines post stent. Ce pourcentage est descendu à 37.5% après 6 mois.

On peut conclure que les Vet Stents sont efficaces pour améliorer les signes de dyspnée associés aux collapsus de trachée sévère. La procédure est assez rapide, mais nécessite un choix minutieux de la taille et du type de stent. Avec un choix adéquat, les problèmes de collapsus résiduel et de migration de stent peuvent être évités. Un traitement médical demeure nécessaire avant et après la pose du stent afin de contrôler la toux. Il est important de se rappeler que le collapsus de trachée affecte fréquemment les bronches, et que le collapsus de bronche n’est pas corrigé par le stent.


Cet article est disponible en version complète et imprimable en PDF. Cliquez ici pour l’afficher.


Dr Eric de Madron
edemadron@centredmv.com
514 633-8888



Retour aux actualités DMV || Retour aux actualités Vétérinaires